La culture sur butte

Cours en ligne permaculture

La culture sur butte et la permaculture sont très souvent associées l’une à l’autre, bien qu’il soit tout à fait possible de pratiquer l’une sans l’autre, et inversement. La diversité des méthodes de culture est en fait bien souvent la clé d’un potager permacole productif. La culture sur butte, si elle n’est pas la seule exploitable, fait partie de ces méthodes à envisager. Voyons ici ses principes de base.

La butte simple ou butte en terre

Pour créer une butte simple, il suffit de prélever la terre de vos allées et de la placer sur la zone de culture en lui donnant une forme de butte.

La butte de terre a le gros avantage d’être pérenne. Il ne sera donc pas nécessaire de la reformer chaque année.

À retenir : une butte simple ne doit pas mesurer plus de 1m20 de large afin de faciliter les récoltes.

La butte en lasagne ou butte sandwich

Cette butte se compose de différentes couches de matériaux, d’une épaisseur de 10 cm environ.

  • La couche la plus basse est généralement composée de matières riches en carbone (paille, broyat, etc.).
  • La couche supérieure est composée de matière riche en azote (tonte, fumier frais, etc.).
  • La couche de surface de la butte est formée de 20 cm de terre du jardin.

En se réchauffant naturellement, le cœur de la butte en lasagne va commencer à composter, favorisant ainsi des conditions de culture optimales à certains légumes. Ce type de butte n’est pas pérenne, puisqu’elle s’affaisse en se compostant. Cependant, le sol plat de l’ancienne butte sera tout à fait cultivable puisque très fertile.

La butte en lasagne de bois

Dans la nature, de nombreuses matières organiques s’enfouissent naturellement dans le sol. Sur ce même principe, on peut introduire du bois bien dégradé, friable et spongieux à l’intérieur de la butte de culture.

Le bois est une matière riche en azote, qui a le grand avantage de stocker l’eau. Il est ici utilisé comme une éponge pour maintenir l’humidité de la terre, et ainsi réduire drastiquement les arrosages.

Il est agrémenté de vos résidus de tontes afin d’activer le compostage au cœur de la butte.

Le bois est long à composter. Aussi, si elle n’est pas totalement pérenne, la butte en bois peut conserver sa forme plusieurs années.

À noter : quel que soit le type de butte finalement choisi, celle-ci peut-être coffrée à l’aide des matériaux disponibles.

La butte de culture, une nécessité en permaculture ?

En France, la butte de culture est devenue au fil du temps une figure représentative de la permaculture. Une forme de symbole qui n’est pourtant pas toujours une nécessité.

La culture sur butte a même quelques inconvénients. Et pour commencer, sa situation surélevée favorise les échanges avec l’air, et donc l’évaporation de la terre. De fait, à paillage égal, si on compare une zone de culture plate à une zone de culture sur butte, on se rend compte que cette dernière évapore plus d’eau.

De plus, cultiver sans pesticide ni labour est tout à fait possible sans butte de culture. Il suffit pour cela de garder le sol couvert, de favoriser la polyculture, etc.

Pour autant, la culture sur butte a aussi des avantages :

  1. Elle permet d’augmenter l’épaisseur de terre arable pour vos cultures.
  2. Elle permet d’implanter davantage de végétaux que sur une zone plane.
  3. La surface d’échange étant plus importante, la terre de la butte est plus vite réchauffée au printemps.
  4. Le sol est mieux drainé.
  5. Associée au mulch, la butte permet la création plus rapide d’un humus fertile.
  6. Elle facilite le travail grâce à sa hauteur (modulable en fonction de votre taille).

Avant de vous décider pour une butte de culture plutôt qu’une culture plane, vous devez impérativement connaître votre sol. Il ne s’agit pas de créer une butte contre-productive ou inutile si la terre de départ est déjà parfaitement propre à la culture. Gardez à l’esprit qu’une butte de culture a un impact important sur la vie contenu dans le sol. Optez donc pour cette solution si celle-ci s’impose comme réellement utile.