Le paillage

Cours en ligne permaculture

Le paillage, fer de lance de la permaculture

 

En France, le terme de paillage est souvent privilégié à celui de mulchage, mais tout deux sont synonymes et se réfèrent à une technique de culture visant à recouvrir le sol de différents matériaux. Une pratique utile à bien des égards dans un jardin en permaculture. Définitions, avantages et inconvénients, installation et type de paillis… nous vous révélons tous les petits secrets du paillage.

Qu’est-ce que le paillage ou mulchage ?

Le paillage est une pratique de culture qui vise à installer au sol une couverture composée de matériaux généralement organiques, mais qui peuvent aussi être minérales ou plastiques. Ce dernier est toutefois à éviter absolument en permaculture.

L’idée de recouvrir le sol de culture est née de l’observation de la nature. En forêt, on constate le phénomène depuis toujours, et ce sans aucune intervention humaine.

La pratique est communément désignée sous le terme de mulch qui signifie paillis en anglais.

Les avantages du paillage

Mulcher est une pratique multifonction nécessaire à la santé de votre jardin en permaculture.

  1. Le paillis protège le sol des effets dévastateur de la pluie et des maladies.
  2. Le mulchage permet aussi de limiter l’érosion du sol, ruissèlement et lessivage le rendant infertile.
  3. Au potager, le paillage évite la formation de croûtes de battance. Imperméables et dures, celles-ci ralentissent l’infiltration de l’eau dans la terre, ainsi que la croissance des plantations.
  4. Mulcher permet de fertiliser les terrains en pente, particulièrement sensibles à l’érosion.
  5. Le paillis permet aussi de protéger le feuillage de vos plantations des éclaboussures. Un avantage indéniable pour les légumes sensibles aux maladies cryptogamiques (mildiou, oïdium, etc.).
  6. Un bon paillage joue également un rôle isolant, protégeant vos plantations des écarts de température et des rigueurs climatiques (froid, vent et canicule).
  7. Le mulch a également pour vocation de limiter l’évaporation de l’eau d’arrosage en surface. Selon le type de paillage, il permet d’ailleurs de stocker l’eau comme une éponge.
  8. Le paillage organique agit aussi comme un fertilisant. Lorsqu’il est varié et équilibré, sa décomposition le transforme en humus fertile qui nourrit la terre et favorise donc le développement de la vie. Il stimule notamment l’activité microbienne et celle de l’ensemble de la faune présente dans le sol.
  9. Pour finir, le mulchage permet de limiter le développement des mauvaises herbes au potager. Son action couvrante permet en effet de ralentir la levée et la croissance des adventices.

Le paillage a-t-il des inconvénients ?

Un paillis trop humide ou trop épais et compact peut former une couche imperméable et nauséabonde qui empêche la bonne circulation de l’air et de l’eau. On constate alors l’asphyxie et la nécrose de certains végétaux. Pour l’éviter, veillez à introduire des éléments secs ou grossiers (branchages) dans votre paillis, pour favoriser la circulation de l’air.

Il est également nécessaire de vous adapter à vos plantations. Ainsi, on évite de pailler les végétaux hydrophobes (ail, oignon, échalote…) sensibles à l’accumulation d’eau.

Le paillage est souvent affectionné par les gastéropodes. Toutefois, avec un peu de temps, le potager profite d’un écosystème équilibré qui règle naturellement le problème. En effet, le paillis attire aussi les prédateurs des limaces et autres escargots. En accumulant les niches écologiques, entendez les tas de bois, les zones sauvages, et autres tas de feuilles mortes et petites mares… votre jardin accueillera rapidement les auxiliaires comme les hérissons, carabes, libellules, batraciens, etc. qui ne manqueront pas de défendre vos cultures.

Sachez aussi que certains paillis trop épais, ainsi que les paillis minéraux, empêchent les végétaux de se ressemer naturellement. Le problème peut toutefois être évité par l’utilisation d’un paillis qui se décompose rapidement.

Quand installer un paillage dans mon jardin permacole ?

Vos cultures peuvent tout à fait être mulchées tout au long de l’année. En effet, selon la saison mais aussi le type de paillage utilisé, le paillis permet d’isoler le sol de la chaleur ou du froid.

Pailler à la belle saison

Le printemps venu, retirez le paillage organique installé à l’automne. Si le temps est au beau, laissez alors le sol à l’air libre durant plusieurs semaines. Un paillis épais a en effet l’inconvénient d’empêcher le soleil printanier de réchauffer le sol.

Au milieu du printemps ou au début de l’été, une fois la terre réchauffée, installez un nouveau paillage organique sur le sol afin de le protéger des fortes chaleurs.

Pailler pour la saison froide

Renouvelez le paillis organique à l’automne, afin de protéger le sol des refroidissements brusques comme le ferait une couverture.

Agissant comme un régulateur de température, le paillis accumule la chaleur du soleil en journée (en particulier les paillis minéraux sombres) pour la redistribuer la nuit venue.

Quel paillage choisir dans mon jardin en permaculture ?

Il existe une grande variété de paillis organiques et de paillis minéraux. En permaculture, les matériaux organiques sont généralement privilégiés.