Appliquer la permaculture à ma situation

carte de la France avec des météos différentes

Appliquer la permaculture à ma situation , voici comment faire :

On ne cultive pas un potager en permaculture de la même façon selon que l’on vive dans le Nord de la France ou dans le Sud. Et même cette distinction n’est pas suffisante. En effet, ce sont davantage le climat de nos régions qui doivent affecter notre manière de cultiver, comme il affecte la végétation sauvage qui y pousse naturellement. De même, la culture d’un potager permacole n’est pas soumise aux mêmes conditions si l’on vit dans une maison avec jardin ou dans un appartement. 

Mon potager permacole en maison avec jardin

La clé d’un potager en permaculture repose avant tout sur l’observation de votre environnement. Vous devrez donc vous adapter aux rigueurs climatiques de votre région.

Téléphone qui signale une alerte météo
soleil avec du vent

Le jardin potager sous climat Océanique

Si vous vivez sur le littoral breton et la côte Atlantique, ou encore sur la côte ouest de la Manche, vous êtes soumis à un climat Océanique.

Ce climat est particulièrement avantageux pour les jardiniers permaculteurs dont les plantations profitent d’hivers tempérés à doux, et d’étés frais à chauds.

La période de culture y est très étendue, débutant tôt dans l’année. Les légumes d’hivers (poireaux, carottes, oignons, radis…) peuvent être semés dès la dernière semaine de février. La plantation des légumes d’été intervient dès la fin avril (haricot), au début du mois de mai (tomates, courgettes, concombres…)

Copie de Sans titre (6)

Le jardin potager sous climat semi-océanique

Les régions situées entre Pau et Bruxelles (soit la moitié ouest de l’hexagone), Massif central exclu, sont concernés par ce climat semi-océanique.

Les hivers de ces régions peuvent être frais à très frais, tandis que les étés sont chauds à frais.

Les légumes d’hiver peuvent y être semés dès le mois de mars, en s’adaptant aux rigueurs climatiques. Les plants de légumes d’été sont installés en pleine terre vers la mi-mai, sauf en Aquitaine et Poitou Charente où ces plantations peuvent débuter dès le début du mois de mai.

Le jardin potager sous climat semi-continental

Les régions soumises à un climat semi-continental sont la Champagne-Ardenne, la Lorraine, la Bourgogne, le Limousin ainsi que la région Rhône-Alpes (hors reliefs montagneux).

Ces régions sont donc sujettes à des hivers très frais, et même froids, et à des étés chauds.

La période de plantation y est donc plus restreinte qu’en climat océanique et semi-océanique, puisqu’elle s’étend de la fin mars (pour les légumes d’hiver), à la mi-juin (pour les légumes d’été).

Soleil

Le jardin potager sous climat méditerranéen

Les départements installés le long de la côte Méditerranée sont soumis à un climat qui favorise les hivers doux et les étés chauds et secs.

Sur le papier, les conditions semblent idylliques pour la culture d’un potager, notamment en raison du bon ensoleillement permettant d’obtenir des productions précoces ou tardives. Mais attention aux sols fragiles, au vent, ainsi qu’à la violence et à l’irrégularité des précipitations.

Fertiliser le sol par l’ajout de matière organique est essentiel ici, tout comme la multiplication des points de récupération des eaux de pluie pour les fortes chaleurs.

Copie de Sans titre (4)

Le jardin potager sous climat Montagnard

Notons qu’au-delà de 1500 mètres d’altitude, il est très difficile de cultiver un potager en dehors de la période estivale. En effet, les climats de montagne sont soumis à des hivers très froids et des étés frais.

Il est ici essentiel de cultiver son potager avec une orientation du nord vers le sud pour une exposition au soleil plus longue et plus chaude. Vos plantes doivent être protégées du vent par un muret ou une haie. Le paillage y devient vital pour limiter l’érosion et protéger le système racinaire des plantes.

Ici, on sèmera tôt et au chaud afin d’obtenir des plantes précoces malgré les hivers longs.

Mon potager en permaculture et en appartement

La permaculture en milieu urbain fait de plus en plus d’adeptes parmi les citadins. On peut en effet cultiver son potager permacole en ville et en appartement. Il faudra toutefois vous adapter à ces conditions particulières de culture.

Copie de Sans titre (7)

La permaculture en intérieur

Tout comme les plantes vertes d’intérieur, certains légumes, fruits et aromates peuvent s’adapter à une culture intérieure. Mais attention, l’air frais et la luminosité peuvent manquer. Si la culture intérieure n’est pas impossible, elle demande toutefois une surveillance accrue en raison des risques importants de parasites et de maladies.

Les plantes aromatiques sont celles qui se prêtent le plus simplement à ce mode de culture (notamment le basilic). Installez alors vos aromates dans la cuisine ou dans la salle de bains, des pièces humides, souvent lumineuses, avec une température adaptée (entre 18 et 22°C).

Copie de Sans titre (8)

La permaculture en jardinières

Outre le balcon, ne négligez pas vos rebords de fenêtre qui représentent eux aussi des espaces de culture extérieure intéressants. Les petits fruits et légumes peuvent en effet pousser en jardinière pourvu qu’ils aient suffisamment de place pour s’y développer. Tournez-vous donc vers des plantes qui acceptent ce type de culture comme les tomates cerises, les radis, les salades ou encore les aromates, et évitez elles qui ont tendance à prendre de l’ampleur, tels que le romarin, les melons, le cassis, etc.

Copie de Sans titre (9)

Un balcon protégé du vent et lumineux au moins 5h par jour est parfaitement propice à l’installation d’un petit potager en permaculture. Les coins les plus ombragés du balcon peuvent également servir à la culture des plantes qui apprécient l’ombre et les sols frais (menthe, oseille, épinard).

Un impératif toutefois ici à ne surtout pas négliger : votre balcon doit être capable de supporter le poids de votre potager !

Commencez votre potager avec permabox !